Il salue aussi la dignité dont ont fait preuve les conservatrices et conservateurs lors de cette crise ; il associe naturellement leurs collaboratrices et collaborateurs à cet hommage.

Tourner la page sur le rapport Rimus et renoncer à une institution muséale unique ne règlent pas pour autant les questions liées à l’organisation administrative de nos Musées et au renforcement de leur collaboration.

Une réflexion doit dès lors être menée dans un nouveau cadre ; ce processus se déroulera dans un esprit participatif et réunira en particulier : le conseiller communal directeur des Affaires culturelles, la déléguée culturelle, les conservatrices et conservateurs, l’architecte du patrimoine, la Commission culturelle, les Commissions des Musées et les associations d’Amis des Musées.

Le résultat de ces réflexions doit se concrétiser le plus rapidement possible par un rapport du Conseil communal au Conseil général apportant des propositions concrètes dans le sens d’une gestion administrative plus rationnelle des Musées et d’une politique d’accès humaniste et démocratique. Ces propositions garantiront l’autonomie des conservatrices et conservateurs dans leurs choix artistiques et scientifiques, gage de la créativité et de la liberté indispensables à leur activité.

Le Parti socialiste souhaite que ce rapport sur les Musées soit intégré au rapport annoncé sur la politique culturelle. Ainsi tous les acteurs de la vie culturelle, les autorités, les citoyennes et citoyens auront une vision globale de ce que l’on veut et de ce que l’on peut en matière de politique culturelle.

La Chaux-de-Fonds, le 11 novembre 2007.