Malgré cela les changements de législatures, comme de Conseiller communal en charge des Affaires culturelles, n’ont pas permis de concrétiser les projets proposés. A titre d’exemple, rappelons un projet de mars 2006 émanant des conservateurs des trois musées les plus proches géographiquement visant à la promotion de la Ville et mettant en valeur certaines de ses spécificités, tels que « Art nouveau », la candidature au patrimoine mondiale UNESCO, l’industrie horlogère, l’importance du mécénat dans la ville. Ce projet proposait clairement la mise en place d’une organisation nouvelle avec une direction administrative chapeautant une direction scientifique. Ce projet n’a pas suscité l’intérêt des autorités politiques.

La surprise a été grande lorsqu’en été 2007 les employés des musées de la ville ont appris la mise au concours d’un poste de directeur/trice des institutions muséales nouvellement créé en vue de restructurer les musées de la ville. Ceci était encore plus surprenant suite à la nomination de deux nouveaux conservateurs (Institutions zoologiques en août 2007 et Musée des beaux-arts en octobre 2007) qui auraient pu initier une nouvelle dynamique si l’occasion leurs en avait été donnée.

Mme Francine Evéquoz a été nommée le 1er novembre 2007 avec comme première tâche « de conduire le projet d’organisation et d’intégration des musées, en appui au comité de pilotage et avec l’appui des conservateurs». Une charte d’avant-projet a été signée en janvier 2008 par les partenaires impliqués : le comité de pilotage (les autorités politiques et les chefs de services délégué à cette tâche), la cheffe du projet et les conservateurs. Progressivement les conservateurs, ainsi que les milieux concernés (comme les commissions de gestion), ont été écartés de ce processus sans que d’autres professionnels reconnus des musées intègrent le groupe de travail.

Surpris par ce processus non participatif, les conservateurs s’en sont inquiétés par écrit auprès des autorités politiques et administratives ainsi que de la cheffe du projet. La réponse donnée a été imprécise et peu satisfaisante, évoquant de nouvelles échéances ainsi que des consultations futures qui n’ont jamais eu lieu. Le rapport remis en été 2008 par la cheffe de projet a été avalisé et complété par le Comité de pilotage (RIMUS) et ensuite par le Conseil communal de la ville de La Chaux-de-Fonds. Ce rapport décisionnel intitulé « Réorganisation des institutions muséales de La Chaux-de-Fonds » n’a été remis aux conservateurs que le mercredi 24 septembre 2008, sans qu’ils n’aient pu ni en prendre connaissance ni en discuter préalablement.

L’ensemble du personnel des institutions muséales a été convoqué le vendredi 26 septembre pour la présentation de la nouvelle structure des musées et des institutions zoologiques de la ville issue du rapport RIMUS avec entrée immédiate. Cette information aux personnes directement concernées par la réorganisation a été suivie d’une conférence de presse à laquelle les conservateurs n’ont pas été conviés.

Les conservateurs écartés du processus estiment légitime de pouvoir donner maintenant leur avis. Si le fond et ce qui devrait en être l’essence – la volonté bilatérale des autorités et des entités muséales de mettre en commun les forces des différents partenaires afin de permettre une meilleure visibilité et une meilleure synergie – sont pertinents, la forme en est indiscutablement partiale, partisane et méprisante. Le travail des conservateurs, comme celui de tous les collaborateurs est dédaigné et gratuitement dénigré. Il en résultera certainement une cassure durable. Ce rapport n’aboutit qu’à la désignation d’une cheffe des institutions muséales sans aucune décision concrète si ce n’est celle de créer des groupes de travail.

Les conservateurs des musées et des institutions zoologiques de la ville de La Chaux-de-Fonds, membres du personnel communal, s’abstiennent volontairement de présenter une analyse de ce rapport administratif non synthétique, ignorant le travail effectué par le personnel des musées de la ville, révélant la méconnaissance flagrante des métiers des musées, bourré de citations tirées de leur contexte premier et susceptibles par conséquent d’être détournées, s’appuyant sur une seule et unique source bibliographique ( Comment gérer un musée, Manuel pratique édité en 2006 par le Conseil international des musées pour remédier à la dramatique situation de l’Irak dont les collections étaient pillées et spoliées). Il n’est pas étonnant dans ce contexte que ce rapport ait suscité une très vive émotion dans le monde culturel et muséal suisse et étranger. Nous regretterions profondément que la ville de la Chaux-de-Fonds et ses institutions zoologiques et muséales perdent leur aura et leur réputation culturelle suite à cette décision malheureuse.

Malgré l’apparente brutalité de notre démarche nous maintenons toute notre confiance dans notre Conseil communal qui a démontré à de nombreuses reprises son empathie et son respect de la personne humaine. Nous l’assurons donc de notre entière collaboration en souhaitant sincèrement que le dialogue sera rétabli afin de partir sur de nouvelles bases.

Arnaud Maeder directeur des Institutions zoologiques

Sylviane Musy-Ramseyer conservatrice du Musée d’histoire

Ludwig Oechslin conservateur du Musée international d’horlogerie

Lada Umstätter conservatrice du Musée des beaux-arts

Nicole Bosshart directrice adjointe du Musée international d’horlogerie

Jean-Michel Piguet conservateur adjoint du Musée international d’horlogerie

La Chaux-de-Fonds, le 4 octobre 2008