"Le président de la Société des Amis du Musée des Beaux-Arts (SAMBA) a pris connaissance du rapport concernant les musées en même temps que le Conseil Communal organisait sa conférence de presse.}}

Il constate que le rapport suscite bons nombres d'interrogations et d'inquiétudes au sein de ses membres et des personnes proches du musée. Les inquiétudes portent sur la pérennité de l'institution à propos de laquelle la commune est liée par une convention à la SAMBA (la SAMBA est propriétaire de la majorité des œuvres du Musée).

Les membres de la SAMBA suivront avec attention les discussions sur le rapport au sein des diverses commissions de gestion des Musées et probablement du Conseil Général.

A chaud, si l’on peut se féliciter que l’on envisage d’intensifier la collaboration entre les musées, on peut craindre une main mise trop lourde du politique sur la programmation et une restriction difficilement acceptable de la liberté d’action des conservateurs, dont c’est justement le rôle et la formation d’animer les institutions. L’histoire des musées de notre ville nous montre que ce sont les qualités des conservateurs en place qui ont conduit à constitution d’un patrimoine de grande valeur et à la réputation. de nos institutions.

En ce qui concerne le Musée des Beaux-Arts qui préoccupe d’abord le président de la SAMBA, c’est une crainte de voir freiner l’enthousiasme et le dynamisme déployé depuis un an par la nouvelle conservatrice qui est au premier plan. Cette crainte s’est d’ailleurs déjà manifestée à plusieurs reprises au sein des membres de la SAMBA à différents niveaux de discussion.

Il est difficile cependant, à la suite d'un premier survol de ce rapport de se faire une idée précise des intensions effectives du politique. Les explications qu'il donnera par la suite sur les mesures concrètes qui en découleront sont attendues avec le plus grand intérêt. Nous espérons que nos craintes alors se dissiperont. "

Claude-André Moser, président de la SAMBA"

Télécharger le communiqué en PDF