Mars 2006
Les conservateurs de trois musées du parc proposent un projet de réorganisation des musées « L’homme et le temps. 3 partenaires – une entité ». Le projet prévoit une administration commune, une conservation différenciée, « au bénéfice d’une ville et d’une région: Le Corbusier – l’art nouveau –l’architecture industrielle – l’architecture régionale ». Le conseil communal n’entre pas en matière, car le projet ne prévoit pas d’économies.

Janvier 2007
Nomination d’une nouvelle déléguée culturelle de la Ville de La Chaux-de-Fonds engagée à 60%, qui ne doit plus s’occuper des musées, en la personne de Mme Daniela Agustoni-Steiner. L’architecte du patrimoine, M. Jean-Daniel Jeanneret, endosse un poste de délégué au patrimoine muséal à 20%.

Mai 2007
Démission du délégué au patrimoine muséal.

Juin 2007
Naissance du projet RIMUS (réorganisation des institutions muséales). Suite à la démission du délégué au patrimoine muséal, le conseil communal prend la décision de mettre au concours un poste de directeur/trice des institutions muséales, qui doit dans un premier temps mener un projet de réorganisation des musées et créer son propre poste, qui n’existe pas au moment de la nomination. L’annonce est publiée le 30 juin 2007, avec un délai de réponse au 16 juillet (voir l'annonce publiée dans L'Impartial). En plein période de vacances, seule une vingtaine de candidats poseront leur candidature.

Août 2007
Entrée en fonction du nouveau directeur des Institutions zoologiques chaux-de-fonnières, M. Arnaud Maeder, à 80% soit une réduction de 20% par rapport à son prédécesseur.

Octobre 2007
Entrée en fonction de la nouvelle conservatrice du Musée des beaux-arts, Mme Lada Umstätter, à 80% soit une réduction de 20% par rapport à son prédécesseur.

Les deux nouveaux chefs de service ont appris avec surprise la mise au concours d’un poste de directeur/trice des institutions muséales. On leur annonce que la nouvelle directrice les déchargera rapidement de certaines tâches administratives, ce qui ne sera aucunement le cas.

Novembre 2007
Entrée en fonction de Mme Francine Evéquoz au poste de directrice/cheffe de projet à 100%. Elle doit préparer un rapport sur la réorganisation des institutions muséales, avec pour option de créer son propre poste et le cahier des charge correspondant (lire le communiqué de presse de la Ville du 1er novembre).

Licenciée de l’Université de Cologne en ethnologie, histoire et espagnol, Mme Evéquoz a vécu 15 ans en Allemagne où elle a mené divers projets. De retour en Suisse, elle a d’abord travaillé dans un office de consultation sur l’asile à Bienne, avant d’être engagée ensuite comme déléguée aux questions d'intégration du canton de Zurich en 2003. Elle démissionne de ce poste à la fin de 2006. Ses expériences dans le monde de musées sont assez réduites : elles consistent, d’après les informations fournies par la Ville, en un stage au Musée d’ethnographie de Genève, en une collaboration à une petite exposition au Musée d’histoire naturelle de Sion et en sa participation aux activités de l’association valaisanne des musées locaux.

Janvier – juin 2008
Préparation d’un rapport pour la restructuration des musées de La Chaux-de-Fonds en collaboration avec le Comité de pilotage, constitué de trois conseilles communaux, MM. Pierre Hainard, Laurent Kurth et Jean-Pierre Veya, de l’architecte de patrimoine, M. Jean-Daniel Jeanneret, et de la directrice de ressources humaines, Mme Ioana Niklaus. Ni les conservateurs et les commissions des musées, ni d’autres professionnels des musées, ne sont consultés.

Vendredi 26 Septembre 2008
Le rapport du Conseil Communal, élaboré à partir d’une première version écrite par Mme Francine Evéquoz, est rendu public (lire le communiqué de presse du Conseil communal). Mme Evéquoz est confirmée dans son rôle de directrice des institutions muséales de la ville. Le musée d’histoire naturelle, le parc zoologique et le vivarium du Bois du Petit-Château font désormais partie intégrante de cette nouvelle structure. Le rôle de la directrice n’est plus simplement administratif ou de coordination, mais stratégique et scientifique (planification et choix des thèmes d’expositions, politique de dons et d’acquisitions, etc.). Les quatre conservateurs ne sont plus chefs de leurs services, mais responsables de secteurs (Beaux-arts, Horlogerie, Histoire, Histoire naturelle) et devront appliquer les décisions d’une seule personne sans expérience ni compétences professionnels dignes de ce nom en muséologie ou en gestion culturelle.