Sauvons les musées de la ville de La Chaux-de-Fonds !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 5 octobre 2008

Une pleine page dans L'Impartial du samedi 4 octobre

Extrait de la page de couverture de L'Impartial du 4 octobreL'édition du week-end de L'Impartial se fait l'écho des nombreuses réactions à l'encontre du projet Rimus de restructuration des institutions muséales. Il signale aussi que le Conseil communal observe pour l'instant un "silence radio" et n'a pas répondu aux questions envoyées qui lui ont été envoyées par le journal. Le tout est complété par un commentaire de Léo Bysaeth, intitulé "Cessons ce binz !"

Lire la page en version PDF

La Chaux-de-Fonds, une ville où il ne fait pas bon vivre ?

Une ville où il ne fait pas bon vivreComme les images sont plus présentables, pour ma petite entreprise de trompe l'oeil et autres facéties en tous genres, qui peint épisodiquement (quand les autorisations urbanistiques le permettent) je propose de peindre l'image que voici aux entrées de la ville pour symboliser le désastre culturel annoncé.

Pour stimuler la fantaisie du lecteur je vous laisse libre d'imaginer le cri, les paroles du personnage......

Carolus (Carol Gertsch)

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

samedi 4 octobre 2008

Encore des synergies : le nouveau gardien du Musée d'histoire

Félix, le nouveau gardien du Musée d'histoireFélix, le nouveau gardien du Musée d'histoire, ne mange qu'un visiteur par jour. Depuis qu'il partage son temps entre le musée et le vivarium, il a retrouvé son caractère enjoué et ne marque plus aucun signe de neurasthénie.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Lettre au Conseil communal de l'ancienne conseillère communale Claudine Stähli-Wolf

Claudine Stähli-Wolf, photo archives Christian GalleyÀ la demande de Mme Stähli-Wolf, nous publions sur ce blog la lettre qu'elle a adressé le 2 octobre dernier aux membres du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds.

Messieurs les Conseillers communaux, Chers « anciens collègues »,

J’ai pris connaissance du rapport que vous avez mis dans le domaine public à propos des musées de notre Ville. Bien que ses auteurs ne l’aient pas signé, je suppose que l’introduction est de vous, le « développement » et le choix des annexes et citations de Madame Evequoz. Comme le veut l’organisation de nos institutions, il doit être considéré comme vôtre, texte, annexes et citations. Dont acte, et c’est donc à vous que je m’adresse.

J’ai bien sûr été estomaquée par son contenu, mais ce n’est pas l’objet de ce courrier, même si j’y ferai plus loin quelques allusions.

Lire la suite...

Réaction de l'artiste et enseignant Grégoire Müller

Vue d'une exposition de Grégoire Müller au Musée d'art et d'histoire de NeuchâtelNul besoin d’être particulièrement cultivé pour savoir que la mainmise du politique sur le culturel n’a historiquement abouti qu’à des catastrophes. Faut-il vraiment mentionner, dans ce domaine, les tentatives du nazisme, du stalinisme, du franquisme, du maoïsme… ?

Lire la suite...

Réaction de Jean-Jacques Bise

« Quand j'entends le mot culture, je sors mon revolver ! » : phrase prononcée par un personnage d'une pièce de théâtre de l'écrivain allemand, membre du parti national-socialiste, Hanns Johst et qui sera reprise, de triste mémoire, notamment par Baldur von Schirach et le maréchal Hermann Goering.

« Quand j'entends le mot culture, je sors mon carnet de chèques » : plagiait, avec distance et humour, un personnage de Jean-Luc Godard dans son film Le Mépris.

Et que fait le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds quand il entend le mot culture ? Il sort son rapport RIMUS (Réorganisation des institutions muséales de La Chaux-de-Fonds) .

Lire la suite...

Réaction d'Edmond Charrière, conservateur du Musée des beaux-arts de 1984 à 2007

Musée de beaux-arts, affiche de l'exposition Touché couléJ’ai lu et analysé le rapport du Conseil communal sur la « Réorganisation des institutions muséales de La Chaux-de-Fonds », comme citoyen d’abord, mais aussi, évidemment, comme ancien conservateur du Musée des beaux-arts. Il relève à mes yeux, d’une double imposture.

Une imposture politique

J’ai pensé que ce rapport si longtemps attendu avait pour finalité de soumettre à l’examen perspicace du Conseil général un projet de réforme administrative du Service de la Culture de notre ville pour qu’il soit discuté et éventuellement adopté. Force est de constater qu’il n’est qu’un instrument de légitimation rétroactive d’une réforme déjà effective, et de surcroît verrouillée de par la seule nomination d’une directrice des musées, clé de voûte de la future nouvelle structure. (Il est vrai que dans notre conjugaison française, il n’y a pas que le futur de l’indicatif, il y a aussi le futur antérieur !) Pour moi, qui ne suis pas rompu aux mœurs politiques , il s’agit là, ni plus ni moins d’un coup de force ; on parle, ces temps-ci, de dérive autoritaire, j’y vois pour ma part, un dysfonctionnement et un déficit démocratiques.

Lire la suite...

Réaction du sociologue Blaise Duvanel

P. A. Renoir, Les Collettes, ca 1908, Musée des beaux-arts, La Chaux de FondsEn séjour à Rome ce printemps, j’ai visité une exposition consacrée au peintre Renoir dans un grand musée de la ville. Ma compagne m’y fait remarquer une œuvre prêtée, selon la notice, par le Musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds. Cette mention nous réjouit : notre Musée sait faire connaître ses collections et collaborer avec une importante institution étrangère.

Cet automne, on me donne à lire un rapport sur « la réorganisation des institutions muséales de La Chaux-de-Fonds » cautionné par le Conseil communal. À l’en croire, depuis longtemps sinon toujours, rien ne va dans ce domaine ; il n’y a que déficits (les musées doivent rapporter de l’argent ?) et désintérêt du public. Les conservateurs responsables sont accrochés à des privilèges acquis grâce à l’incompétence de leurs interlocuteurs qu’ils nomment pompeusement autonomie ; il convient de les remettre à leur place. Depuis 20 ou 30 ans, il n’y a eu que parlotes stériles et démission des responsables politiques devant le problème.

Lire la suite...

vendredi 3 octobre 2008

Arcinfo.ch se fait l'écho de la réaction de Claudine Stähli-Wolf

Sous le titre Ancienne responsable de la culture, Claudine Stähli-Wolf s'attaque au Conseil communal, Arcinfo.ch se fait l'écho d'une lettre de l'ancienne conseillère communale, "très sévère à l'égard du Conseil communal".

Lire l'article

Réaction de Marc-Olivier Gonseth, conservateur du Musée d'ethnographie de Neuchâtel

Musée d'Ethnographie de Neuchâtel, exposition Le musée cannibaleChers collègues,

Mes collaborateurs et moi-même tenons à vous faire savoir que nous sommes profondément choqués par la teneur du rapport qui nous a été transmis. Comme notre institution est citée nommément en page 28 dudit rapport, nous désirons dans un premier temps répondre à l'affirmation qui nous prend en otage de manière totalement déplacée, ce qui augure mal de la connaissance sous-jacente justifiant l'argumentation développée. Nous nous prononcerons ensuite dans un deuxième temps avec nos collègues neuchâtelois sur l'ensemble du document concerné. Vous pouvez faire usage de cette réaction dès maintenant et comme bon vous semble.

Lire la suite...

Réaction de Marcel Jacquat, conservateur du MHNC de 1989 à 2007

msj.jpgCe rapport est tout simplement inepte, truffé de lieux communs, d'erreurs, d'a priori, de mensonges, d'arguments fallacieux, de lacunes criardes, de passages en copier-coller permettant aux auteurs de masquer leur incompétence crasse.
Il témoigne aussi du manque d'intérêt, d’information et de lecture des rapports de gestion annuels de celles et ceux qui l'ont établi.

Il est vrai que les membres de l'actuel exécutif communal ne visitent les musées que lorsqu'ils y sont contraints... évt. lors d'une inauguration (…et même pas dans tous les cas...). L’ont-ils fait une fois de manière spontanée pour s’informer de leur fonctionnement, de leurs projets, des soucis des responsables, etc. ? Je ne m’en souviens pas, alors que parmi leurs prédécesseurs, certains ont marqué leur passage par une présence régulière et leur intérêt… pour la culture !
Ainsi, on comprend d'autant mieux que nos édiles actuels aient pu faire leur un pareil fatras de bêtises, indigne d'un exécutif qui se veut au service de la population qui l'a élu.

Lire la suite...

Souvenirs, souvenirs... Le 1er stage d'obsevation participante de Mme Evéquoz

Le 1er stage d'observation participante de Mme EvéquozNotre collaborateur Simplicirimus a pu rencontrer à Cologne le professeur Nimbus, éminent anthropologue, qui a bien connu pendant ses études la nouvelle directrice des institutions muséales de La Chaux-de-Fonds. Très ému ("J'ai toujours sur qu'elle irait loin : pouvoir étudier de près les rites étranges du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds, n'est-ce pas là le rêve secret de tout anthropologue ?"), il a bien voulu tirer pour nous de son album de photographies ce touchant souvenir de leurs années de formation.

Ce stage d'observation participante a manifestement marqué à jamais Mme Evéquoz : dans le chapitre "Flou artistique, nouvelle dynamique" du Rapport sur la réorganisation des institutions muséales de La Chaux-de-Fonds, son propre rôle est ainsi mise en évidence :

Lire la suite...

Réaction de Claude Lasser, président de la Société des amis du MIH

Société des amis du MIHÀ sa demande, nous publions ci-dessous la lettre adressée par M. Claude Lassser, président de la Société des amis du Musée international d'horlogerie, au Conseil communal de la ville de La Chaux-de-Fonds.

Monsieur le Président, Messieurs les Conseillers Communaux,

Votre courrier du 26 septembre et ses annexes, dont le rapport intitulé « REORGANISATION DES INSTITUTIONS MUSEALES DE LA CHAUX-DE-FONDS », me sont bien parvenus et ont retenu toute mon attention.

Vous avez joint un questionnaire que je devrais remplir, en tant que président des amisMIH. Je ne pense pas qu’en l’état du dossier, cela soit utile. Je préfère vous faire part de mes remarques sous forme du présent courrier.

Lire la suite...

"Au feu......!", par Lise Berthet

J. M. W. Turner, L'incendie de la Chambre des Lords et des Communes, le 16 octobre 1834, Philadelphia Mueseum of ArtUn conseiller communal qui quitte son poste s'en va et se tait ! Mais lorsque les successeurs mettent le feu à la maison il ne peut s'empêcher d'appeler les pompiers afin qu'ils tentent de sauver ce qui peut encore l'être !

A la lecture de ce rapport on ne peut que s'exclamer : BRAVO MESSIEURS ! Votre désintérêt de la culture était déjà de notoriété publique mais oser avouer avec tant de panache votre méconnaissance et surtout votre mépris de la culture est un coup de maître. CHAPEAU !

Avoir besoin d'un tel rapport pour faire passer les ex-conseillers et conseillère communale (jusqu'en juin 2004) en charge du Dicastère de la culture d'incapables et de crétins de la pire espèce est parfaitement inutile, puisque nous le savions déjà . La grosse tête n'a jamais été notre compagnon, l'abus de pouvoir non plus d'ailleurs.

Lire la suite...

"Il faut trancher le nœud gordien", par David Jucker

Alexandre tranche le nœud gordien (1746) – par Jean Restout - Stockholm, Palais RoyalPeut-être que l’une des clés pour l’analyse du rapport RIMUS se trouve dans cette phrase, assénée avec une force péremptoire au bas de la page 8 :

Faut-il un incendie, comme au XVIIIe siècle, pour oser penser autrement, pour pouvoir faire table rase du passé et finalement trancher le nœud gordien ?.

L’expression « trancher le nœud gordien » signifie, dans le langage courant, «trancher de façon violente une difficulté » selon Le Petit Robert, mais l’on peut croire que l’auteure du rapport préfère la définition plus nuancée du Dictionnaire historique de la langue française, « résoudre un problème avec détermination ».

Lire la suite...

Réaction d'une lectrice, anemone

Bonjour,

Bien sûr tout a été dit et fort bien dit ! cependant on peut s'étonner que le Conseil communal puisse nommer une personne ayant la responsabilité de chapeauter 4 Musées et qu'aucun professionnel d'aucunes Institutions muséales ou culturelles n'ait été présent au cours de l'entretien précédent cette nomination, n'est-ce pas une faute politique grave que d'entériner une telle décision à huit clos? Que sait-on du parcours culturel de la candidate? de l'inventaire en Valais ce qui est fort louable mais encore... peut-on vraiment prendre au sérieux une affirmation qui consiste à dire que le Musée d'Ethnographie ne possède pas de collections! Comment peut-on être convaincu de ce mauvais procès à l'encontre des conservateurs qui garderaient jalousement leur savoir en ne le distribuant qu'à une poignée d'élus. C'est payer vraiment très cher des propos affligeants et totalement obsolètes. Que la lumière se fasse sur ce piètre rapport qui cherche à diviser pour mieux régner.

anemone

jeudi 2 octobre 2008

Réactions à chaud

Vous souhaitez réagir en quelques lignes, sans vous sentir obligé de nous envoyer un plus long texte ? Cliquez sur le titre de ce billet et laissez un commentaire dans le formulaire en bas de la page, il est là pour ça !

L'architecte du patrimoine de La Chaux-de-Fonds s'apprêtant à briser des obstacles

L'architecte du patrimoine de La Chaux-de-Fonds s'apprêtant à briser des obstaclesComme le note à la page 32 le rapport du Conseil communal, préparé en collaboration avec le comité de pilotage, dont fait partie l'architecte du patrimoine :

"Les musées de La Chaux-de-Fonds ne sont pas facilement accessibles à certains publics, qui sont intimidés devant ce qu'ils ressentent comme des obstacles. Ils ont la sensation de devoir s'enfoncer dans une caverne pour trouver les richesses attendues (MIH), d'être obligés à pousser une lourde porte pour découvrir une maison de maître (MH), de devoir oser traverser un hall austère pour approcher les locaux baignés de lumière (MBA) et de prendre la peine de monter bien haut avant de traverser un couloir bien long pour enfin découvrir des animaux (MHNC). Il est important de briser ces obstacles."

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Une fable: La petite fourmi travailleuse

La cigale et la fourmiUne lectrice attire notre attention sur une petite fable, qu'elle trouve appropriée à la restructuration actuelle des musées.

La petite fourmi travailleuse

Il était une fois, une Fourmi heureuse et productive qui tous les jours arrivait de bonne heure à son travail. Elle passait toute sa journée à travailler dans la joie et la bonne humeur, poussant même la chansonnette. Elle était heureuse de travailler et son rendement était excellent mais, malheur, elle n'était pas pilotée par un manager !

Lire la suite...

Une "création dadarimusienne" d'Adam Buonarotti

Création dadarimusienne d'Adam BuonarottiAvec ses "bons baisers de Rome, ville de toutes les excommunications", M. Adam Buonarotti nous envoie une "création dadarimusienne" qu'il nous suggère de soumettre à l'attention de nos lecteurs. La voici donc.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

- page 4 de 5 -